• Posted on: 21 December 2017
  • By: Fonsis

La Direction générale et le Conseil d’administration du FONSIS ont visité, hier, trois Pme ayant bénéficié d’investissements de ce fonds via Teranga Capital. A l’issue de de cette visite, Nafissatou Diop Cissé a demandé à l’Etat de renforcer le Fonsis pour une meilleure prise en charge des préoccupations des Pme.

 

L’une s’appelle « Cogelec », une entreprise de génie électrique créée en 2014 par la vision d’un quadragénaire revenu au bercail après quinze ans en France et qui s’active dans la construction électrique, la gestion de l’électricité en milieu rural et la distribution d’équipements électromécaniques. L’autre est dénommée « Oui Carry », une structure de e-commerce et de e-logistique fondée par trois jeunes en 2013 permettant à un client d’acheter en ligne dans le monde entier et de se faire livrer à domicile au Sénégal. Enfin, la dernière structure répond au nom de « Lysa and Co », une entreprise familiale créée en 1982, spécialisée dans la transformation et la commercialisation de produits agricoles comme l’arachide, la noix de cajou et le maïs.

Trois petites et moyennes entreprises, trois types de promoteurs, trois domaines d’activité différents, mais qui ont la singularité d’avoir bénéficié de l’appui du fonds d’investissements Teranga Capital dont l’un des principaux actionnaires est le Fonds souverain d’investissements stratégiques (FONSIS). C’est à ce titre que la direction et le Conseil d’administration du Fonsis, dans le cadre de leurs activités de fin d’année, ont rendu visite à ces trois Pme qui ont été choisies sur la base de critères rigoureux définis avec tous les actionnaires, selon le directeur général de Teranga Capital Olivier Furdelle. «En 2017, nous avons reçu 110 demandes de financement émanant d’entreprises issues de tous les secteurs d’activités du pays. Après évaluation, nous en avons choisi trois qui répondaient à nos critères : le potentiel du secteur d’activité de l’entreprise, le positionnement de l’entreprise par rapport au marché et enfin ses impacts socio-économiques ou environnementaux. Les trois entreprises que nous avons accompagnées réunissent tous ces critères et sont révélatrices du tissu économique des Pme que nous connaissons», a-t-il expliqué.

Trop grandes pour aller vers les institutions de microfinance mais trop petites ou trop jeunes pour se tourner vers les banques, ces trois entreprises figurent dans le cœur de cible de Teranga Capital. En entrant dans le capital de ces Pme comme actionnaire minoritaire, il leur apporte des fonds sans aucune garantie afin de leur permettre de se développer. Une aubaine pour ces Pme qui partagent toutes le même souci de financement.

Apport sans garantie

L’entreprise Cogelec dirigée par Abdou Wahab Kane a obtenu, en août dernier, un financement de 185 millions de FCFA qui lui a permis non seulement de structurer son entreprise mais aussi de créer des emplois permanents et d’acquérir un certain nombre d’équipements de levage pour la construction de lignes électriques, des équipements de transports et de transit. « Avant l’accompagnement de Teranga Capital, nous étions dans une tension de trésorerie permanente. Au Sénégal, nous gagnerions à développer des outils de financements adaptés pour les Pme similaires à Teranga Capital car il y a des Pme ambitieuses, sérieuses qui ne demandent qu’à être accompagnées aussi bien sur le plan technique que financier », a-t-il dit.

Omar Yam, Youssou Ndiaye et Olabissi Adjovi, cofondateurs de « Oui Carry », après avoir démarré en trombe leurs activités il y a quatre ans, avaient vu l’horizon se boucher par la suite face au manque de financement. Jusqu’au jour où ils rencontrent des responsables de 

Teranga Capital. Depuis, grâce à l’enveloppe de 200 millions de FCFA de ce fonds, ils entrevoient l’avenir avec plus de sérénité. « On a déjà acheté sur plus de 1.000 sites à travers le monde entier, un million d’euros dépensés par nos clients en 2016, plus de 3.200 clients qui ont eu recours à nos services. Depuis l’arrivée de Teranga capital, nous avons recruté de nouvelles ressources spécialisées, nous avons formalisé notre activité au niveau fiscal, comptable, juridique, numérique, nous avons acheté des véhicules de livraison, investi sur une nouvelle plateforme et lancé le service export en collaboration avec Dhl », a confié Omar Yam.

Jusque-là entreprise familiale, « Senar Les Délices Lysa » est désormais portée par une société par actions simplifiées (Sas) depuis que Teranga Capital en est devenu actionnaire cette année. Sa présidente, Sylvie Sagbo Gommard, qui n’est rien d’autre que la fondatrice de cette marque Lydie Sagbo, voit déjà les choses en grand. Elle annonce la construction d’une usine à Keur Ndiaye Lô. « Nous avons une stratégie de croissance et l’outil de production est là, mais nous sommes à l’étroit car nous travaillons dans la maison familiale. C’est pourquoi, nous envisageons de construire une usine. Les plans sont prêts, nous allons démarrer les travaux dès le début de l’année », a-t-elle déclaré. Avec cette délocalisation, elle espère produire plus, ce qui veut dire qu’elle va augmenter son personnel riche de 20 personnes.  

Satisfaite de ce qu’elle a vu, Me Nafissatou Diop Cissé, présidente du conseil d’administration du FONSIS, estime que des fonds d’investissements, à l’image de Teranga Capital, doivent être démultipliés pour financer le maximum de Pme. Elle demande à l’Etat de renforcer et d’accompagner le FONSIS pour créer d’autres fonds avec d’autres investisseurs. « Avec ces investissements, les entreprises améliorent leur trésorerie, leur gouvernance et créent des emplois. Cela leur permet aussi de gagner des marchés et de se développer. Donc, nous avons tous à y gagner », a-t-elle dit.

Teranga Capital va investir dans cinq PME en 2018

Le directeur général du Fonsis, Ibrahima Kane, a abondé dans le même sens tout en rappelant que ces financements s’inscrivent dans le cadre du déploiement du FONSIS en faveur des Pme. « Nous finançons des projets structurants aux côtés du secteur privé. Dans cette même démarche, nous avons mis en place un sous-fonds dédié uniquement aux Pme. Ces trois entreprises ont montré leur capacité et leur potentiel de développement. Chacune d’elles avait besoin d’un financement adapté à leur vitesse de croissance. Lorsqu’une Pme double son chiffre d’affaires d’une année à l’autre, il est difficile pour elle d’aller présenter son bilan de l’année précédente pour lever les ressources nécessaires à son développement. C’est dans ce cadre-là que nous avons développé Teranga Capital d’un fonds de 4 milliards de FCFA dans lequel FONSIS a pris une participation d’un peu moins d’un milliard de FCFA », a-t-il expliqué. En 2018, Teranga Capital va investir dans cinq Pme. Ce fonds de capital-risque dédié spécialement aux Pme n’intervient que dans des projets pour des montants compris entre 50 et 300 millions de FCFA par prise de participation dans le capital de ces sociétés. Il a été lancé le 15 mars 2016 avec comme actionnaires le FONSIS, Investisseurs & Partenaires (I&P), Sonatel, Askia Assurances et des privés sénégalais.

 
 
Français